Blog de Catherine

02.08.2006

Cath en Corse: dialogues

Filed under: De tout et de rien — Catherine Martinson @ 12:26

Dialogues corses

Le corse est plein d’humour, de nonchalance et de fantaisie. La frontière entre le conte et le réel n’existe pas. On a de la peine à croire que les guerres de clans ont ravagé l’île au siècle dernier et que les pains de plastic font toujours partie du dialogue corse. Pour en savoir plus: l’Enquête Corse de Pétillon ou Astérix en Corse.

Dialogue avec le guide Quilici.

Jean-Paul Quilici, c’est le premier guide corse. Nous avons fait connaissance l’année passée et il nous a emmenés grimper sur du granit superbe et des tafonis de rêve. Face ronde sous un foulard flamboyant noué à la corse, ses yeux restent perçants contrastent avec sa bonhommie fantaisiste. Cette année, je suis allée avec lui à la pointe de l’Oiseau dans le massif de Bavella. Petit extrait de conversation.

JP: tu vois cette face, là-bas, il y a un trou au milieu.(ce n’était pas le seul trou, mais je voyais plus ou moins de quoi il s’agissait)

Cath: oui? (la face me semblait bien lisse…et Jean Paul assure sans demi-noeud d’amarre!!)

JP: quand tu arrives à ce trou, tu y mets le jarret. Tu le fais bien rond, tu vois comme ça, et tu t’appuies dessus pour chercher la prise suivante. Tu me regardes?

Cath: (technique d’escalade intéressante, style tous les moyens sont bons) OK OK.

Il passe avec une belle agilité, il enfonce son jarret dans ce trou et disparaît plus haut. Quand j’arrive au passage, impossible d’y mettre le jarret, impossible de le faire bien rond. Je m’en sors en posant le pied sur le trou.

Au relais:

JP: alors, tu as fait ce que je t’ai dit, pour le trou?

CAth: ben… j’ai mis le pied dessus

JP: ah bon??? tu sais que c’est ma grand-mère qui a ouvert cette voie à 56 ans (ndlr: JP a 63 ans. Il y a peut-être 4 pitons sur toute la voie) C’est pour ça que j’appelle ce passage « le trou à mémé »!  La fiction se mêle alors à la réalité: ma grand-mère, elle est increvable, elle fait même du canyoning!

Je ne saurais jamais si il confondait sa mère et sa grand-mère ou si cette pétulante octogénaire est un personnage sorti de son répertoire d’histoires et de légendes…

Dialogue à l’épicerie

Un après-midi siesteux et chaud. Tranquille. Je passe à l’épicerie du camping acheter des fruits. Les deux jeunes filles qui assument le rôle des épicières bavardent entre elles.

L’une: dis, tu sais qu’ils ont posé une bombe chez X ce matin. Tout le village de Sainte Lucie était bloqué.

L’autre: X…celui en face de la boulangerie?

L’une: oui oui…un pain de plastic…ils ont pu le retirer à temps.

L’autre (sans la moindre appréhension): un jour ils vont l’avoir, ils ont déjà failli le tuer le mois dernier, de la chevrotine …

L’une: c’est vrai qu’il n’est pas du tout fréquentable…mais sa mère est adorable, vraiment adorable

J’écoute tout ça un peu abasourdie. Elles se tournent vers moi en souriant:

L’une: faut qu’on arrête, on va lui faire peur!

L’autre: ils se tapent dessus entre eux (c’est qui, eux?), nous on risque rien…

L’une: oui, ici c’est tranquille, vous pouvez laisser votre voiture ouverte, il n’arrivera rien. Moi quand je suis allée à Paris, j’étais morte de peur!

Je n’en saurai pas plus. Ici, à l’heure de la sieste, rien n’est grave…

Publicités

Un commentaire »

  1. Super votre site moi aussi je le trouve vraiment bien fait !

    Commentaire par agrandissement penis — 30.11.2016 @ 11:18 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :