Blog de Catherine

25.05.2007

Droit de recours – le gag de la semaine

Filed under: Politique...chaud! — Catherine Martinson @ 15:30

C’est vraiment amusant. J’ai découvert le blog de Philippe Nanternod, « apprenti politicien » (comme il se décrit lui-même) du parti radical valaisan et artisan actif de l’initiative pour la suppression du droit  de recours.

Le seul exemple qu’il cite dans son texte expliquant pourquoi il faut supprimer ce droit, c’est l’exemple de Galmiz.

Or, il n’y a jamais eu de recours à Galmiz…le projet s’est écroulé pour d’autres raisons.

Cet apprenti a encore beaucoup à apprendre…

Publicités

23.05.2007

L’écologie, désinformation et électoralisme

Filed under: L'écolo, elle en pense quoi?,Politique...chaud! — Catherine Martinson @ 23:47

Les périodes électorales sont riches en bêtises, pugilats, battements de paupières vertueusement écologiques et coups tordus. Cette année, tous les partis  se tournent vers l’écologie (sauf l’UDC) pour fleurir les discours électoraux: il est de bon ton de verdir son blason, de montrer patte verte et de prendre au sérieux les problèmes qui menacent la planète.

Mais il faut bien s’en rendre compte, le parti radical, soutenu par l’UDC  torpillent sans sourciller les maigres gardes-fou dont nous disposons pour protéger la nature en manipulant la désinformation à fleuret démoucheté. Non contents de nous agiter l’épouvantail d’une hypothétique pénurie d’électricité pour construire de nouvelles centrales nucléaires, les bourgeois s’acharnent sur le droit de recours des associations de protection de la nature. Poursuivant leur tactique de désinformation, ces Savonaroles du néo-liobéralisme nous prédisent les pires catastrophes économiques prêchant à qui veut les entendre que le droit de recours, baguette magique malfaisante aux mains d’irresponsables rêveurs, limite la croissance économique. Les bûchers de l’Inquisition bourgeoise sont allumés, les radicaux fanatiques ont lancé leur initiative pour supprimer le droit de recours – pour plus de croissance.

En substance, cette initiative dit: dès qu’un projet est accepté par votation par une assemblée législative quelconque (parlement cantonal, assemblée communale), ce projet ne peut plus être contesté juridiquement, même s’il est illégal. Par exemple: si la commune de Veysonnaz vote la construction d’un centre thermo-ludique au milieu du vallon de Réchy, il n’y aura plus personne pour faire valoir qu’un truc de ce genre n’a légalement rien à faire dans un vallon protégé.

Le conseil fédéral y est allé de sa pirouette, en recommandant d’accepter cette initiative alors qu’il en avait explicitement proposé le rejet. Qui a poussé les marionnettes pour les pirouettes? les bourgeois, bien sûr. Pourquoi? élections obligent. Les caciques du parti radical ne pouvaient laisser leur parti s’engluer dans une initiative sans les soutenir, quitte à trahir tout bon sens. Et l’UDC, tout content de pouvoir encore taper sur quelqu’un (Leuenberger), a largement suivi en se disant: c’est nous les hommes forts!

Alors écoutez-moi bien: si un politicien vous dit qu’il est soucieux d’écologie, que par conséquent il soutient la construction de centrales nucléaires parce qu’elles ne produisent pas de gaz à effet de serre et qu’il veut supprimer le droit de recours car la nature est suffisamment protégée comme ça, c’est certainement un radical ou un udc…et vous pouvez lui rire au nez. Son écologie à lui sert d’abord ses propres intérêts. A bon entendeur!

Le vélo, c’est écolo…MAIS

Filed under: De tout et de rien — Catherine Martinson @ 23:09

…mais préparer des vacances à vélo, à six, c’est loin d’être rigolo…

Dès les skis rangés (cela doit expliquer ma panne de blog), on ressort les vélos. Et on se dit: cette fois on est tous assez grands, on va partir en exploration en direction du nord (le petit nord, pas le grand). On a acheté quelques bouquins et on est tombé sur un itinéraire qui nous semble pas mal: Berlin-Coppenhague. On peut visiter ces deux villes et entre deux, se prendre une bonne pinte de prés, lacs, forêts et petits châteaux. Super, on se lance. Ce que les livres ne vous disent pas, c’est que transporter 6 vélos et deux charettes (car nous allons camper, sans blague!) hors de Suisse, c’est la croix et la bannière. Petit florilège:

« Ah non, ce train ne prend pas les vélos.  »

« Les vélos oui mais les carrioles, vous n’y pensez pas… »

« Les envoyer jusqu’à Berlin? depuis Fribourg? à quelle adresse? non ce n’est pas possible, pas en international, pas dans les gares. A une adresse privée? ah vous n’en avez pas? alors non »

« Voilà les billets pour vos vélos, Fribourg -Bâle » (faut bien commencer par un bout…) . L’horaire, lui, il dit: « pas de transport de vélos possible entre Fribourg et Bâle »…!!!

Les carioles, faudra les déguiser en sacs. Le retour est encore incertain: de guerre lasse, on est devenus déraisonnables, on s’est dit: on rentre en avion, ils transportent les vélos pour 30.- chacun. L’aubaine. Le hic, c’est que… »désolés, on ne prend que 3 vélos par avion ». On sera donc contraints de rentrer à vélo?

S’il vous plaît, les chemins de fer, CFF, SNCF et autres Deutsche Bahn, mettez-vous d’accord, aidez les courageux écolos à partir en famille sur leurs bécanes découvrir le monde sans trop encrasser le climat…on serait des milliers à partir sur les routes pour faire connaissance avec les voisins!

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.